Aller au contenu

Envie de lentilles

Vous souhaitez manger des lentilles mais vos enfants n'aiment pas ça? Vous trouvez que les pois cassés sont souvent mal préparés ?

Des lentilles mais pas ceux de la recette
Photo de lentilles mais pas ceux de la recette - crédit photo ci dessous. 
Cette recette est faîte pour vous.

J'ai le plaisir de dévoiler au monde entier (si, si au monde entier) ma recette de lentilles. Bon, en fait,  c'est ma maman qui me l'a demandée donc j'en profite pour partager.

Etape 1 : faire revenir les lentilles dans la base
Dans la cocotte déposer le morceau de cannelle, la gousse d'ail avec le clou de girofle, le gingembre, le curcuma et le faites revenir le tout à feu moyen. Dès que la cocotte est chaude et que les épices dégagent leur parfum, ajouter les lentilles, le sucre et remuer le tout à sec donc. Jeter ensuite le concentré de tomate et laisser chauffer quelques instants en incorporant.
Il est possible d'ajouter des petits légumes émincés céleri, carotte en fonction de ce que vous avez à disposition.

Etape 2 Déglacer ou délayer pour libérer les épices
Verser de l'eau sur le mélange et bien remuer pour s'assurer que rien ne colle au fond, que le concentré est bien dilué.
Mettre quelques herbes aromatiques si vous en avez (sauge, sarriette, thym..) . Surveiller le niveau de l'eau en cours de cuisson. De mon expérience les lentilles corail mettent beaucoup moins de temps à cuire et nécessitent par conséquent moins d'eau.

Etape 3 Déglacer ou délayer pour libérer les épices
Laisser cuire à feu plus doux 15 à 20 minutes. Ajouter le gros sel quelques minutes avant la fin de la cuisson au moment ou vous contrôler la cuisson et le niveau d'eau. Il est préférable de ne pas mettre le sel en début de cuisson car cela ferait durcir les lentilles et empêcherait une cuisson convenable. Pour un gout plus épicé, je rajoute parfois de l'ail et du gingembre frais émincés en fin de cuisson.

Etape 3 Assaisonner et déguster.
Régler la cuisson en fonction de vos goûts. De mon coté, j'aime le tout plutôt bien cuit et avec du jus de cuisson façon indienne. A servir avec un bon riz thaï et des légumes.

En résumé, on a besoin  :

  • 1 casserole, marmite en fonte ou en terre cuite
  • 1 peu d'huile (tournesol ou olive )
  • des lentilles vertes ou corail ou pois cassés.
  • de l'eau pour la cuisson
  • un morceau de cannelle chinoise
  • un peu de sucre
  • gingembre en poudre ou frais
  • 1 cuillère à soupe de curcuma en poudre
  • gros sel et poivre
  • petite boite de concentré de tomates
  • une gousse d'ail piquée d'un ou deux clous de girofle.
  • des herbes aromatiques ( thym, sauge ou romarin)

En option :

  • des petits légumes (céléri, carotte, oignon, échalotes )
  • ail et gingembre frais émincés en quantités égales

Si vous aimez les épices et la cuisine indienne maison, je vous suggère de faire un tour sur le blog de Pakaj Sharma et de regarder quelques unes de ces vidéos Youtube. Vous trouverez des recettes simples à réaliser et super Yummy !

Crédit photo :
James Sutton

Le Karaté est reconnu depuis le 3 Aout 2016 sport olympique. Ouaaah! Cela fait des années que la fédération française de karate FFKAMA se bat pour cette reconnaissance au même titre que le Judo ou le Taekwondao. Rendez-vous donc en 2020, aux J.O. de Tokyo, pour en voir à la télé.

karate enfant

En attendant, si vous souhaitez justement que votre enfant ne regarde pas trop la télé et trouve une activité enrichissante, hiver comme été,  voici 5 raisons qui devraient vous inciter à l'inscrire au karaté :

1. Le karate est fait pour tous

Jeune, vieux, grand, petit, gros, maigre, garçon, fille, tout le monde peut faire du karaté.  Chacun progresse à son rythme et avec ses points forts, ses points faibles et la compétition ne doit pas être un passage obligé. C'est d'abord pour soi qu'on le pratique.

2. Le karaté est un art martial

Le pratiquant devra donc respecter la structure hiérarchique du dojo. Le respect du maitre, des autres élèves, des lieux et des règles qui régissent le dojo est un point crucial.

3. Le karate renforce le mental

Il enseigne la concentration et le dépassement de soi. Par l'observation des élèves plus avancés dans la pratique (les "sempai"), le pratiquant recherche la perfection.

4. Le karate ne nécessite pas d'équipement particulier

Il se pratique pieds et mains nues. Un karategi suffit. A Décathlon ou sur Le Bon Coin on peut en trouver à pas cher pour débuter.

5. Le karate est une philosophie

Ce n'est pas un sport, c'est une pratique. Pratiquer le karate apprend à rechercher et trouver la paix intérieure. Le pratiquant laisse le monde et ses problèmes à l'entrée du dojo pour se consacrer au karate. D'ailleurs toutes les séances débutent et se terminent par un instant de méditation, appelé "mokuso".

Voilà, il ne vous reste plus qu'à trouver le bon dojo. Vous trouverez la liste des clubs affiliés à la FFKAMA ici. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès des autres fédérations : JKA et JKS présentes en France.